Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 07:00
Titre : Comme dans un rêve, un roman sur un crime
Auteur : Lief GW Persson
Editeur : Rivages
Chronique faite par S. mon amoureux rien qu'à moi.

Il y a une vingtaine d’années le premier ministre suédois Olof Palme était assassiné en sortant d’un cinéma. De nos jours le chef de la police Johannson, proche de la retraite décide de rouvrir discrètement l’affaire, à la veille de la prescription, en y affectant une nouvelle équipe, chargée officiellement de trier le dossier, pour avoir un regard neuf et finir sa carrière sur un coup d’éclat. Si les résultats sont d’abord minces, de nouvelles théories viennent pointer le bout de leur nez.

 

            Le roman est tiré du véritable meurtre d’Olof Palme, toujours irrésolu, et du dossier pléthorique qui en a résulté après 20 ans d’enquête. C’est un policier de bonne facture, bien mené. L’ambiance de fouille minutieuse façon « expert », le crédible de l’arrière-plan policier, et l’équipe d’enquêteurs attachants et typés ainsi que les personnages secondaires amusants rendent la lecture plaisante. L’univers présenté n’est pas trop simpliste et porte son lot de types supers et de ripoux sans transcender le genre, ni du point de vue critique social, ni du point de vue originalité. La traduction n’est pas mauvaise, sauf peut être la gestion du tutoiement qui a l’air d’être une sorte de règle universelle en suède mais qui ne l’est pas en français ce qui brouille un peu nos repères hiérarchiques. Le style est simple et très lisible sans être trop pauvre.

            L’histoire en elle-même a quelques points noirs, déjà par le fait qu’elle est bien plus suédo-suédoise que dans Millenium au hasard. Si on a bien une ambiance nordique, on a tout de même surtout une histoire qui concerne les suédois (c’est quand même leur premier ministre) et pour laquelle on du mal à éprouver un vrai intérêt par le fait qu’elle est peu universelle. Rien que la référence constante à « notre cardinal de richelieu national » ou à « l’éminence grise » qu’un lecteur français ne situe absolument pas, est un exemple assez frappante par son suédisme, et le rappel de points culturels ou d’affaires politiques locales (l’affaire Bofor ça vous dit quelque chose ? et les préjugés sur les bouseux du Norrland ?). Soit dit en passant, c’est une faute de la part de l’auteur puisque le Cardinal de Richelieu est une éminence rouge (la robe des cardinaux est rouge) et que c’est son conseillé très privé le Père Joseph, un moine capucin, qui étais donc appelé l’éminence grise (d’après le gris de la bure des capucins et son pouvoir supposé sur le cardinal). On a un peu au bout du compte l’impression d’une maison d’édition qui suit la mode en publiant le premier suédois venu parce que ça se vend actuellement.

            Il y a aussi certains personnages qui, si ils sont amusants au début, deviennent vite lourdingues tant ils sont crétins ou peu intéressants par une tendance à être sibyllins. Par contre la manière particulière de faire monter la tentions en mettant en place un petit compte à rebours avec la présence en début de chapitre d’un petit texte relatant un évènement daté dans le futur qui se rapproche au fur et à mesure est bien menée car elle parvient à rester intéressante sans déflorer plus que ça l’intrigue. Au bout du compte une fin d’enquête sympathique mais une conclusion peu transcendante à la fois désagréable par sa manière de ne pas s’engager, un peu éculée et carrément discutable du point de vue moral.

            En conclusion pas le bouquin de l’année mais un policier de bonne facture, pour peu qu’on veuille bien s’immerger dans les méandres de la vie vraiment suédoise (et ouais moi je connais l’affaire Bofor et ces cul terreux de lapons vraiment ils craignent, bon je vous laisse je vais acheter ma gnole au systembolag).



Ce blog a décidé de s'associer à un projet ambitieux : chroniquer l'ensemble des livres de la rentrée littéraire ! Vous retrouverez donc aussi cette chronique sur le site Chroniques de la rentrée littéraire qui regroupe l'ensemble des billets réalisées dans le cadre de l'opération. Pour en savoir plus.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tiphanya - dans Adultes
commenter cet article

commentaires

esmeraldae 20/09/2009 22:49

pas pour moi donc. je ne suis pas une fan des polars suédois et si celui-ci n'est pas exceptionnel raison de plus!

Tiphanya 21/09/2009 13:44


L'ennui avec les suédois, c'est qu'ils ont tous des noms barbares. Du coup je ne sais jamais qui est qui ! J'en lis quand même, mais à très petite dose.


bene 20/09/2009 17:32

Bonjour, Ton avis me bloque un peu. Je ne sais pas si je vais le lire celui-ci. J'avais un doute mais maintenan, c'est clair. Ton blog est chouette! à bientôt!

S. (Namoureux) 20/09/2009 19:13


Si tu cherches un bouquin exceptionnel, passe ton chemin. Mais celui-ci est pas mal, j'insiste peut-être un peu trop sur les points noirs.


Mariel 20/09/2009 12:58

Je crois que je vais passer mon chemin! Trop de points "noirs"... Surtout que je ne suis pas une adepte du genre policier/polar...Quoiqu'il en soit, j'ai l'impression que les romans suédois ont le vent en poupe ces temps-ci... Merci à Larsson!

Tiphanya 20/09/2009 16:04


Là je crois que c'est surtout une enquête très minutieuse et très "procédure". Alors moi aussi je passe mon chemin car j'aime quand il y a de l'action


Faire disparaître la pub !

Si vous souhaitez ne pas être envahi de pub en arrivant ici, installez AdBlock !

Cliquez sur le lien pour l'installer sur votre navigateur. C'est simplissime et ça agira même sur les pubs sur facebook.

Toutes mes excuses pour toutes ces publicités intempestives.

Qui sommes-nous ?

Bonjour, je suis Tiphanya, j'ai créé ce blog et pendant trèèèès longtemps, j'étais la seule à y partager mes chroniques littéraires.

Depuis peu, j'ai décidé d'associer ma fille Nine (né en novembre 2011) car elle voit beaucoup de choses qui m'échappent complètement. J'ai choisi de vous transmettre ses mots, ses remarques, ne touchant qu'à la grammaire pour rester le plus proche de ses idées.

Vous trouverez sur la plupart des articles des liens affiliés, c'est à dire un lien vous proposant d'acheter le livre présenté. Dans ce cas le prix que vous découvrez est le même que partout ailleurs, mais en cas d'achat je touche une commission. Une façon comme une autre de faire vivre ce blog (en me permettant d'acheter plus de livres par exemple).