Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 07:00

Imaginez un lieu en plein centre ville avec

  • une sélection de livres de qualité et tous sur le thème du voyage

  • des portes-monnaies Mouk

  • de délicieuses tartelettes à la framboise

De mon point de vue, cette librairie n' a qu'un seul défaut : se trouver à Lyon... En même temps cela peut vite se révéler un avantage pour toute personne ayant décidée d'acheter moins de livres, de manger moins de pâtisseries ou de ne plus rien acheter à effigie de Mouk... Ce qui n'est presque pas du tout mon cas.http://www.lyon-france.com/var/ez_site/storage/images/media/images/shopping/raconte-moi-la-terre-librairie/265402-1-fre-FR/Raconte-moi-la-Terre-Librairie_banniere1.jpg

 

Découverte grâce à internet puis testée lors d'un court périple lyonnais en juillet, la librairie mêle habilement guides de voyage et récits. L'espace enfant est bien fourni avec des jeux sur la thématique et quelques livres que j'adore. La restauration se fait en terrasse ou au fond de la boutique dans un espace très lumineux. Je regrette juste qu'il n'y ait pas plus de canapés.

 

Si vous passez à Lyon en tant que touriste, j'ai une excuse toute prête pour convaincre votre entourage de s'y arrêter : elle est à moins de 5 minutes à pied de l'office de tourisme (bon je sais, pas mal de personnes ont besoin d'une bonne raison pour aller dans un office de tourisme, voici une excuse supplémentaire, le plan de ville distribué gratuitement comprend une belle liste de traboules, façades et jolies cours pour ne rien louper).

Et si vous habitez à Lyon, trois mots : je suis jalouse. Non seulement vous avez une super librairie sous la main, mais en plus la ville est très belle.

Partager cet article
Repost0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 07:00

Voici comme promis une interview réalisée par mes soins de Suzanne Selfors, auteur de "Café Givré", mon dernier coup de cœur.

 

Suzanne-selfors.jpg« Café Givré » est votre premier livre disponible en français. Vous êtes donc encore un auteur relativement inconnu de nous. Pourriez-vous vous présenter ?

Oui, « Café Givré » est mon premier roman traduit en français. Le titre anglais est « Coffeehouse Angel ». J'ai été surprise que l'éditeur français ne garde pas le mot « angel » (=ange) dans le titre.

J'ai écris mon premier roman lorsque j'avais 39 ans. Cela m'a demandé un certain courage de finalement dire à ceux que j'aimais « je veux être auteur ». C'était le premier jour d'école de ma fille Isabelle et tandis que le bus scolaire s'éloignait, j'ai réalisé que j'allais bientôt avoir 40 ans et que si je n'essayais pas maintenant de suivre mes rêves, je ne le ferai jamais. Et donc ce matin là, je me suis assise devant mon ordinateur, me suis inscrite à un cours d'écriture à l'université local et j'ai commencé la page 1.

C'était en 2002. Je suis contente de dire, dix ans plus tard, que je suis un écrivain à plein temps. J'ai écrit trois romans pour les adolescents et quatre pour les enfants. Et deux autres titres vont sortir cette année. Je me construis un lectorat ici aux États-Unis, et je commence juste à voir mes livres être traduits dans d'autres langues.

Je vis sur une île dans l'état de Washington où il pleut en permanence et où tout est vert. Je vis au bord de la plage, entourée par les montagnes. C'est vraiment mignon.

Mon mari est pilote chez DHL. Mon fils Walker débutera l'université cet automne et ma fille Isabelle a 16 ans.


J'ai adoré « Café givré », principalement parce que j'ai besoin de mon café pour commencer à travailler. J'adorerai m'arrêter dans un endroit comme
Chez Anna. L'avez-vous décrit à partir de votre imagination ou avez-vous puisez l'inspiration dans un lieu existant ?

Chez Anna est basé sur un vrai café situé dans une petite ville nommée Poulsbo, dans l'état de Washington. C'est là que je vais écrire presque chaque jour. Je ne peux pas écrire à la maison. Je suis distraite par la lessive, la vaisselle, etc. Donc j'écris dans un café qui s'appelle Hot Shots Java. Ils font un excellent latte. C'est là que j'ai eu l'idée pour « Café Givré ». L'histoire est apparue un jour dans ma tête alors que j'écrivais.

Si vous visitez mon site internet, vous trouverez des photos de la ville de Poulsbo, qui m'a inspirée pour ce roman.


Êtes-vous déjà venue en France ?

J'ai été en France trois fois, la dernière en juillet 2010. Ma fille est tombée amoureuse de Paris. En fait je pense qu'elle est tombée amoureuse des jeunes Parisiens, car je l'ai vu les remarquer. Mais elle ne l'admettra jamais. Elle apprend le français à l'école et nous supplie d'y retourner. Nous envisageons d'y séjourner à nouveau au printemps 2013. En fait, j'adorerais faire un échange de maison, donc si l'un de vos lecteurs veut passer le printemps dans l'état de Washington, je serai ravie de le savoir.


CoffeehousePBK.jpgQuels sont vos projets ? Une autre parution en France ?

Mon prochain livre est un conte de fée romantique intitulé « the sweetest spell » (= un délicieux sortilège). C'est l'histoire jeune paysanne abandonnée qui découvre qu'elle a le pouvoir de faire du chocolat dans un royaume où le chocolat n'est qu'une légende. Les droits français n'ont pas encore été vendus, mais je suis optimiste. Le roman sera disponible sur internet en Août.

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 07:00

En un an et demi de publication les éditions nobi nobi ! ont su se faire une place sur les tables de présentation des libraires, dans les billets des blogueurs et certains titres sont même des coups de coeur pour les lecteurs.

 

A quelques jours de la sortie d'un nouveau titre hors collection, je vous propose de rencontrer Pierre-Alain Dufour, l'un des deux fondateurs de la maison d'édition.

 

nobinobi_Montreuil2010.jpg

Pierre-Alain Dufour et Olivier Pacciani, à la tête des éditions nobi nobi !

 

 

Pourriez-vous vous présenter, vous et votre fonction au sein des éditions nobi nobi ! ?

Je suis Pierre-Alain Dufour, le Directorial Éditorial de nobi nobi ! et je m’occupe également du marketing et de la communication.

 

Qui sont les éditions nobi nobi ! ? Depuis combien de temps existent-elles ? Et pourquoi le Japon ?

Derrière nobi nobi !, il y a Olivier Pacciani, le Directeur Artistique et moi-même. Nous avons crée les éditions en Juin 2009 mais nos premières publications (Princesse Pivoine et Papa Renard en croque pour les cochons) datent de mars 2010.

Nous avons baignés tous les deux dans les aventures de Goldorak, Albator et autres Chevaliers du Zodiaque étant enfants. Puis nous avons goûté aux premiers mangas dans notre adolescence mais aussi nous avons commencé à chercher à mieux connaître le Japon et sa culture sous toutes les formes que ce soit. Puis lorsque nous avons eu l’idée de crée une maison d’édition, il nous a semblé qu’il y avait beaucoup d’œuvres à faire découvrir provenant du Japon et que celles-ci étaient l’occasion d’ouvrir les enfants vers une autre culture.

 

http://www.saintseiya-pegasus.com/chevaliers-du-zodiaque/chevaliers_de_bronze.jpg

 

Je suis une très grande admiratrice de l'album « 1000 vents 1000 violoncelles ». Pourtant ce livre dénote un peu de vos autres publications. A l'inverse je trouve qu'il y a une vraie unité graphique dans la collection « Soleil flottant ». Comment choisissez-vous vos prochaines parutions ?

1000 vents, 1000 violoncelles est notre premier livre « Hors collection » que nous avons publié. Nous profitons de ce label pour faire découvrir nos coups de cœur loin de toutes contraintes éditoriales. Ce sont effectivement des livres assez uniques chacun dans leur genre : le deuxième livre publié, Shiro et les flammes d’arc-en-ciel, est une histoire d’héroic-fantasy donc assez loin des réalités dramatiques décrites dans 1000 vents, 1000 violoncelles.

Pour les collections « 1,2,3 Soleil » et « Soleil Flottant », la ligne éditoriale est très clairement définie avec une tranche d’âge, un style d’histoire et un style graphique spécifiques donc nous choisissons en fonction de ses critères les livres à paraître dans chaque collection.

 

http://www.decitre.fr/gi/20/9782918857020FS.gif

 

Quel est votre programme pour la fin de l'année ? Combien d'albums sont à attendre  ?

Nous publierons deux livres fin 2011 :

  • 27 septembre : Shiro et les flammes d’arc-en-ciel (Hors Collection) : la quête fantastique d’un petit chat blanc pour trouver des flammes légendaires qui vont lui permettre de sauver sa forêt ;

  • 25 octobre : Les couleurs de Bilo (collection 1,2,3 Soleil) : l’histoire d’un petit panda qui vit dans un monde en noir et blanc qui va découvrir les joies de créer des couleurs.

http://www.manga-sanctuary.com/couvertures/big/shiro-et-les-flammes-d-arc-en-ciel-livreillustre-volume-1-simple-48029.jpg

 

Et pourriez-vous partager une information ou une anecdote concernant l'un de ces titres à venir ?

Il est toujours complexe de travailler sur l’adaptation d’une œuvre étrangère et ce fut le cas sur Shiro et les flammes d’arc-en-ciel. À l’origine le personnage se nomme « Buri » et non « Shiro ». Le patronyme d’origine de ce petit chat vient du nom du poisson qu’il affectionne particulièrement, la sériole du Japon : un poisson qu’on retrouve dans la cuisine japonaise et qui se prononce « buri » en japonais.

Mais nous trouvions que cela ne sonnait pas bien en français. Après plusieurs essais nous avons convenu du nom « Shiro » avec l’auteur pour la version française. « Shiro » veut dire blanc en japonais, ce qui fait référence au pelage du personnage mais c’est aussi un prénom courant de garçon. Donc un prénom qui a un sens et qui ne dénature pas l’original, c’est toujours le challenge !

 

Depuis que vous travaillez dans l'édition jeunesse, avez-vous encore le temps de lire des romans pour « adultes » ? La lecture est-elle toujours un plaisir avant tout ?

Clairement, ma bibliothèque se remplit beaucoup plus de livres illustrés, de livres sur la culture japonais ou encore sur le marché du Livre qu’avant. Mais la lecture reste évidemment encore un très grand plaisir.

 

Quel est votre dernier coup de cœur lecture ?

En gros coup de cœur, je dirai C’est un livre de Lane Smith.

 

http://s3.static69.com/m/image-offre/e/f/3/5/ef355d18a37dd1622a98dbe642bb64b2-300x300.gif

 

Merci beaucoup Pierre-Alain Dufour pour votre patience. Retrouvez tout le catalogue des éditions nobi nobi ! sur leur site internet et si vous ne pouvez pas patienter quelques jours pour en savoir plus sur leur prochain titre, vous trouverez quelques extraits sur leur page facebook.

Partager cet article
Repost0
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 14:30

Bonjour à tous. Me voici revenue de mon petit périple kirghize, loin d'être reposant, mais très instructif. Je n'avais aucune idée de ce qui m'y attendait et j'en ai pris pleins les yeux. Mais je ne vais pas vous faire mon billet de vacances ici. Si vous voulez en savoir plus, cliquez ici.

 

A la place, je vous propose de découvrir une très jolie librairie, visitée à Bishkek, la capitale du pays. La grande majorité des titres sont en russe, même si j'ai trouvé un album racontant l'histoire d'un héros national en kirghize.

Quoiqu'il en soit, les tops des ventes sont un peu partout les mêmes, je vous laisse juger par vous même. Par contre c'est un lieu très confortable avec des fauteuils, une cabane pour les enfants, du coloriage, de l'eau fraîche à disposition et même un petit musée culturel.

 

librairie--1-.JPG

 

librairie.JPG

 

librairie (2)

 

librairie--3-.JPG

 

librairie--4-.JPG

 

librairie--5-.JPG

 

Par contre comme je n'ai rien lu pendant mes vacances, ce blog va être au ralenti pendant quelques jours. ça tombe bien, puisque vous êtes tous en vacances loin de vos PC ;-)

Partager cet article
Repost0
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 07:00

Dans les coulisses de mon blog, je peux surveiller le nombre de visites mais surtout la provenance des visiteurs. C'est ainsi que j'ai découvert il y a quelques temps que l'auteur des « Petits pains de la pleine lune », Beyong-mo GU, avait connaissance des billets des blogueurs français. Ni une, ni deux, me voilà à réclamer auprès d'un ami coréen une traduction de son billet. Et puis tant qu'à faire, pourquoi ne pas entrer en contact avec l'auteur directement. Bon le fait qu'elle annonce avoir tout oublier de ses études de français aurait pu me freiner. Mais voyant toujours le côté positif de la chose, c'est l'occasion pour mon ami d'améliorer son français.

 

Petite rencontre entre la France et la Corée avec cette interview de Beyong-mo GU.

 

Vous êtes une illustre inconnue en France, aucune information nL-auteur-coreen--KU-Byeong-mo.jpg'est disponible vous concernant. Alors, pourriez-vous vous présenter un petit peu s'il vous plaît ?

C’est évident que l’on ne me connait pas étant donné que je viens de me mettre au monde comme une nouvelle écrivain. Depuis toujours je n’ai cessé d’écrire des romans dont aucun n’avait été publié. En fait, il existe un concours qui sélectionne les auteurs débutants et qui ressemble au permis de conduire. Après avoir réussi, on peut présenter nos ouvrages et les faire connaître au public.

En ce qui me concerne, âgée d’une vingtaine d’années, j’ai écrit le roman en continuant à travailler pour un éditeur mais ce n'est qu'à 34 ans que j’ai obtenu « le brevet littéraire » qui m’a donnée le droit de mettre au monde mon oeuvre.

 

Est-ce que « les petits pains de la pleine lune » est votre premier roman ?

Ce n’est pas le premier depuis que j'écris mais c’est effectivement le premier qui apparait au public.

 

J'ai beaucoup apprécié les différentes pâtisseries du sorcier. Certaines sont beaucoup plus alléchantes que celles que l'on croise dans Alice au Pays des Merveilles. Pensiez-vous à de vrais gâteaux en créant chacune d'elle ? Si oui lesquels ?

Je n’aime pas beaucoup le pain et les gâteaux. D'ailleurs, mes raisons sont presque les mêmes que celles du jeune garçon du roman. J’ai visité des pâtisseries spécialement pour me renseigner sur les différents pains et gâteaux. Mais, je n'ai pas suivi de cours à l’école de pâtisserie pour des raisons personnelles – m'occuper des enfants et faire des ménages en tant que femme au foyer – alors j’ai imaginé le goût et la nature des pains et gâteaux en les regardant dans une boulangerie et une pâtisserie. Malgré cela, je n’ai pas vraiment voulu en manger.

 

J'ai été surprise par la présence de deux fins. L'éditeur conseille ce livre à partir de 10 ans, mais j'ai eu l'impression que les jeunes adultes seraient plus sensibles à ces fins. Pensiez-vous à vos lecteurs au moment de l'écrire ?

En Corée ce roman est également conseillé pour les adultes ainsi que les adolescents mais les réaction sont très diverses. Les jeunes d'une dizaine d’années ont apprécié les deux conclusions et le garçon, jouant le rôle principal alors que les parents et les professeurs ont craint que les jeunes n’apprenaient la vengeance et la violence. Or, je les ai écrites en croyant que la pensée des jeunes n’est pas moins absurde que celle des adultes. En réalité, le contenu du roman n’est pas facile à accepter même en Corée. Mon ouvrage a été écrit en considérant que les ados n'ont pas un esprit inférieur. C'est pourquoi beaucoup de monde l’a pleinement apprécié en disant que c’était exceptionnel.

 

L'anglais étant une langue très utilisée, c'est la première fois que je dois utiliser un interprète pour communiquer. D'un coup, la Corée me semble terriblement lointaine. Mais alors comment votre roman est-il arrivé dans les librairies françaises?

Je pense que l’éditeur français Picquier s’efforce de présenter les divers écrivains asiatiques. Pour ainsi dire, il me semble qu’il recommande constamment la littérature asiatique bien inconnue en France afin de montrer la diversité culturelle auprès des Français. Ainsi, il y a vingtaine d’écrivains coréens qui sont diffusés à l’aide de Picquier. Ils sont très célèbres en Corée, leurs livres très artistiques se vendent bien. En revanche, le cas où un livre d’un nouveau romancier n'ayant pas encore fait ses preuves est publié en France est vraiment rare. A mon avis, comme mon roman s'est bien vendu et a prouvé ainsi la popularité, Picquiers’est risqué à le publier. De plus, il a eu l’air de juger que les français sont familiers à mon univers qui est semblable à la sorcellerie occidentale.

 

Êtes-vous déjà venu en France ? Est-ce au programme prochainement ? Et quels sont vos projets pour la suite ?

Si mon ouvrage devient largement populaire et rentable pour l’éditeur en France, Picquierme demanderait de venir en France. Comme je mentionnais ci-dessus, cette maison d'édition travaille à présenter le monde des écrivains asiatiques. Pour cette raison, je n’aurais pas d’opportunité de visiter la France si on ne montre pas beaucoup d’intérêts à mon roman. Par exemple, le grand auteur Bernard WERBER est réclamé en Corée et en effet, il visite fréquemment la Corée grâce à sa popularité et sa réputation.

La-Branchie--le-livre-venant-de-paraitre.jpgJe viens de finir de travailler sur mon nouveau roman « 아가미(La Branchie) » qui vient de paraître en mars dernier. Mon ouvrage raconte le destin triste d’un garçon qui possède l’organe du poisson sur son corps humain.

Je vous remercie d’avoir pris plaisir à lire mon roman.

J’espère que mon prochain roman « La Branchie » sera traduit en français après avoir eu un grand nombre de lecteurs en Corée.

 

 

Merci beaucoup à Beyong-mo Gu pour sa patience et à Geyong Kim pour son travail de traduction.

Pour conclure, voici la couverture française et la couverture coréenne des "Petits pains de la pleine lune".

 

Le-petit-pain-a-la-pleine-lune.jpg

 


Partager cet article
Repost0
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 08:00

Certaines personnes ont le contact facile et rient de tout. D'autres nécessitent un peu de temps avant de se dérider et de se révéler captivantes. Catherine Domain fait partie du second groupe et j'avais à peine passé le seuil de sa librairie que j'ai eu la sensation qu'elle voulait me mettre à la porte. La vision des étagères croulantes de livres ne m'a pas aidée à me détendre. Depuis 1971, année d'ouverture de la librairie, Catherine Domain a réuni tellement d'ouvrages sur le thème du voyage au sens le plus large, qu'aujourd'hui chaque étagère accueille trois épaisseurs de livres. Ni plus, ni moins. Et je ne vous parle pas de la table totalement envahie, ni des cartons qui attendent d'être déballés sous le soleil de Hendaye.

Je n'avais pas l'impression de rencontrer une libraire, mais une archiviste qui compile tout sur toutes les destinations, une chercheuse qui accueille dans son antre des livres oubliés de tous, une solitaire qui protège amoureusement son trésor. Mais voilà, après quelques minutes de discussion, la chercheuse de livres anciens évoque les publications de l'année, l'archiviste me propose quelques titres pour préparer mes vacances d'été et je me sens à mon aise dans cette librairie aux trésors.

Le contact établie (j'ai eu la sensation d'avoir réussi un test dont j'ignorais tout), la libraire prend le dessus et se révèle infatigable et passionnante. Depuis 2006, la librairie se dédouble tous les étés et va bronzer à Hendaye (du 20 juin au 20 septembre). Depuis 2007, le prix Pierre Loti récompense un récit de voyage publié dans l'année. Et pour rythmer le tout, chaque premier mercredi du mois, si la pluie reste loin de Paris, les amateurs de voyages en cargo se rencontrent sur le pas de la porte pour rêver ensemble. Alors bien sûr Catherine Domain n'a pas le don de se dédoubler, elle, et voyage moins avec tout ça.

J'ai finalement vite oublié la raison de ma présence en ces lieux et j'ai eu l'impression de rendre visite à une amie que je ne verrai pas souvent. Ensemble nous avons évoqué tour à tour les îles Caïman, le courage des jeunes qui partent comme volontaires, la révolution tunisienne, son premier Mac. A demi mot je devine la difficulté de la vie de libraire, la passion pour son métier. Et puisque je suis là, je donne mon avis sur la chose, avoue ma bévue sur sa boutique. Contrairement à mes idées reçues, elle ne propose pas seulement de préparer vos prochaines vacances. Car avec une telle profusion d'ouvrages, Catherine Domain a des livres pour avant le voyage, mais aussi pendant et après. Des livres pour se souvenir et repartir.

D'ailleurs partir il a bien fallu que je le fasse, et c'est en se tutoyant que nous nous sommes saluées.

 

Librairie Ulysse

 

Se rendre à la librairie Ulysse, 26 rue Saint Louis en L'Île, Paris 4e.

Passer devant un chocolatier, deux fromagers et trois glaciers, continuer toujours tout droit, hop, c'est juste là, mais si, sous l'enseigne « Pays et voyages ». Jeter un œil à la vitrine, admirer un grand format sur les costumes créoles et se demander qui s'intéresse à la vie en France des tirailleurs sénégalais pendant la première guerre mondiale (j'ai la réponse si ça vous intéresse).

Sonner à la porte. En entrant, si vous avez un doute, lire l'affiche devant votre nez. Ici on ne fouille pas dans les étagères (tout pourrait tomber), mais on demande conseil. Se trouver une petite place, feuilleter les ouvrages proposés, en choisir un ou deux ou plus. Payer en espèce ou en chèque (on laisse dans le sac les chèques lire qui avantagent le lecteur et font perdre de l'argent aux libraires, idem pour la carte bancaire).

 

SL373982.JPG

En cas d'hésitations sur la date de votre visite, se souvenir que du 23 au 30 avril, la librairie fête ses 40 ans et offre 40% sur les livres (sauf le neuf).

Prendre note également que la librairie n'est ouverte que l'après-midi soit du mardi au vendredi de 14h à 20h et que toutes ces informations sont disponibles sur le site de la librairie. D'ailleurs on y trouve aussi la liste des nominés au Prix Pierre Loti.

 

Pour les amoureux du pays basque, c'est au 2 boulevard de la Mer à Hendaye que tout se passe.

Partager cet article
Repost0
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 08:00

Ponctuelle, avec un look qui sent bon l'iode et les embruns, Claire Gratias a rejoint la capitale le temps d'un week-end pour rencontrer son éditeur et ses lecteurs parisiens. Tandis que l'air de la librairie Du vent dans les Pages vibre du stress des journalistes du collège du quartier, elle s'installe et sort son stylo. Les dédicaces commencent, rapidement interrompu par l'interview mené par les-dits journalistes. Ils ont 13 ans ou presque, ont lu plusieurs de ses romans, ont préparé une longue liste de questions. L'ancienne prof de français joue le jeu avec patience et humour.

Les thèmes de ses romans conduisent la discussion, son voyage à Berlin avant la chute du mur et bien avant d'envisager d'en faire un roman, sa préférence pour le Moyen Âge, son goût pour la musique et l'écriture bien sûr. Au cœur de cette rencontre, l'écriture apparaît comme une nécessité mais aussi comme une évidence.

Car Claire Gratias lit et écrit depuis qu'on lui en a donné les moyens. C'est d'ailleurs son conseil pour nos apprentis journalistes qui se rêvent auteurs : lire et écrire. Écrire surtout. Écrire sur tout. Avec une dizaine de livres publiés et des goûts de lectures très éclectiques, Claire Gratias s'est essayé au conte, à la poésie, au roman noir, au polar, à la science-fiction. Pour compléter ces expériences, elle travaille actuellement avec Sylvie Serprix, l'illustratrice qui a réalisé Le roi sans terre paru il y a quelques mois. Cette dernière cherchait un auteur pour une histoire autour de la lecture justement.

Elle sourit beaucoup Claire Gratias, accorde son attention à chacun, commente tel ou tel livre, répond à une énième question apparue brusquement dans l'esprit des journalistes du jour. Puis l'effervescence retombe, la librairie retrouve son calme, la journée touche à sa fin. Et discrètement mais chaleureusement, chacun reprend sa route.

 

claire-gratias.JPG

 

Lire un roman de Claire Gratias :

- Le signe de K1, et si le monde finissait noyer... en 2 tomes

- Opération "Maurice", que faire quand on reçoit la visite d'un soi-même adulte ? Idéal pour une première lecture

- Une sonate pour Rudy, histoire de violence quotidienne, coup de coeur des jeunes du club lecture que j'anime

- Le passager de l'orage, frisson dans une vieille maison hantée

- Breaking the wall, trio amoureux dans l'Allemagne coupée en deux. A réserver aux bons lecteurs.

Mais aussi :

- Une porte sur demain

- L'incroyable voyage de Simon

 

http://www.decitre.fr/gi/60/9782748511260FS.gif

Partager cet article
Repost0

Faire disparaître la pub !

Si vous souhaitez ne pas être envahi de pub en arrivant ici, installez AdBlock !

Cliquez sur le lien pour l'installer sur votre navigateur. C'est simplissime et ça agira même sur les pubs sur facebook.

Toutes mes excuses pour toutes ces publicités intempestives.

Qui sommes-nous ?

Bonjour, je suis Tiphanya, j'ai créé ce blog et pendant trèèèès longtemps, j'étais la seule à y partager mes chroniques littéraires.

Depuis peu, j'ai décidé d'associer ma fille Nine (né en novembre 2011) car elle voit beaucoup de choses qui m'échappent complètement. J'ai choisi de vous transmettre ses mots, ses remarques, ne touchant qu'à la grammaire pour rester le plus proche de ses idées.

Vous trouverez sur la plupart des articles des liens affiliés, c'est à dire un lien vous proposant d'acheter le livre présenté. Dans ce cas le prix que vous découvrez est le même que partout ailleurs, mais en cas d'achat je touche une commission. Une façon comme une autre de faire vivre ce blog (en me permettant d'acheter plus de livres par exemple).