Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 07:00

Titre : Dear George Clooney, tu veux pas épouser ma mère ?http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/Grandes110/0/9/7/9782358510790.gif

Auteur : Susin Nielsen

Editeur : hélium

Lecture légère sur sujet sérieux

 

Depuis que son père est parti vivre avec l'épouse n°2 (et a eu des jumelles avec elle), Violette s'occupe beaucoup de sa petite soeur Rosie, surveille tous les nouveaux copains de sa mère et a promis de ne jamais tomber amoureuse.

C'était sans compter sur l'arrivée de Dudley, le nouveau petit copain qui s'accroche plus que les autres et sur Jean-Paul, le garçon le plus mignon du collège. Heureusement avec l'aide de sa meilleure amie Phoebe, elle va trouver la solution : demander à George Clooney d'épouser sa mère.

 

Violette est une ado qui a du caractère, des idées complètement farfelues et un peu trop de spontanéité. Elle nous raconte ses aventures et on la suit hésitant entre les éclats de rire et les yeux ronds qui veulent dire "oh non, elle va pas oser".

Le plaisir de cette lecture vient des situations toutes aussi inattendues que hallucinantes, tout en restant crédibles. On y ajoute une ambiance canadienne (un peu de changement ne fait pas de mal) et des amies disjonctées et on obtient un roman sans le goût de déjà-vu qu'ont tant de romans sur le sujet.

 

Ce n'est pas le livre du siècle, mais un moment de détente assez sympa.

Violette finit par accepter que sa famille ne sera plus jamais comme elle était. Bien sûr le final est assez explosif (avec des chameaux pour tout vous dire) et l'auteur nous propose une gentille petite morale permettant à tous les personnages de continuer à avancer dans la vie.

Repost 0
Published by Tiphanya - dans Pré-ados
commenter cet article
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 07:00

Voici deux mini romans publiés chez Sarbacane avec en point commun le mensonge, celui que l'ado dit à l'adulte. Deux romans qui contrairement à beaucoup de cette collection peuvent se lire dès l'entrée au collège.

 

Titre  : Vendeur de rêveshttp://www.renaud-bray.com/ImagesEditeurs/PG/1180/1180469-gf.jpg

Auteur  : Christine Beigel

Editeur  : Sarbacane

Pour collégien en mal d'amour, en mal de père

 

Quand la prof d'histoire demande à tous les élèves la profession de leurs parents, Marcus hésite puis annonce que son père est pilote de ligne. Tout plutôt que d'avouer les longues journées entre la télé et le frigo. Ce qu'il n'avait pas prévu c'était l'attrait d'un tel métier sur les autres élèves et sur la prof qui souhaite que son père intervienne en cours.

 

Ce roman très court nous fait suivre les réflexions de Marcus sur son père et tous les sentiments qui le traversent.

Si l'histoire m'avait semblé intéressante au départ, car pouvant correspondre au quotidien de beaucoup de jeunes, j'ai finalement été déçue. Son père était reporter de guerre et c'est lui qui a choisi de cesser de travailler car il ne supportait plus toutes les horreurs qu'il voyait. Dans ces conditions, il est beaucoup plus facile d'apprendre à estimer son père.

Je n'ai pas trouvé non plus très utile d'ajouter une pointe d'histoire d'amour pour accompagner le récit.

 

Un récit qui se lit vite mais qui laisse sur sa faim.

 

Titre  : Les maux du coeurhttp://www.decitre.fr/gi/55/9782848654355FS.gif

Auteur  : Axl Cendres

Editeur  : Sarbacane

Roman d'amour pour mec

 

Le héros et narrateur vit seul avec sa mère qui n'a qu'une inquiétude : qu'il tourne mal. Alors régulièrement il lui ment, pour la protéger. Mais lorsque Ludmilla débarque au collège, ce que sa mère pense devient le dernier de ses soucis.

 

Ce n'est pas la première fois que je le remarque, mais je trouve cette collection très masculine. C'est pas un mal, ça change, surtout pour évoquer le quotidien et les grands soucis des ados, comme le premier amour sur fond de poésie baudelerienne. Car c'est bien de ça dont il s'agit ici, sans jamais tomber dans le ridicule et le romantisme rose bonbon des filles.

Ce roman m'a fait pensé à une chanson de la Rue Ketanou, La Chance, sur le premier amour justement, celui que l'on pense durer toujours.

 

C'était la femme de ta vie
Depuis environ six mois
Mais à quinze ans et demi
On change d'avis quelques fois

 

Sauf que là où la Rue Ketanou essaye de secouer le jeune en mal d'amour, l'auteur prend très au sérieux cette histoire, lui donnant l'importance qu'elle a quand on a quinze ans.

 

Une écriture juste qui me donne envie de découvrir un peu plus cette auteure.

 

En savoir plus :

- pour découvrir les autres romans de la collection, le site de l'éditeur.

- deux autres titres déjà chroniqués ici, le rêve du cachalot et Magie noire (un billet pour les deux)

Repost 0
Published by Tiphanya - dans Ado
commenter cet article
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 07:00

Titre : Hotaru (tome 1 et 2)http://storage.canalblog.com/90/52/321124/61570776.jpg

Auteur : Satoru Hiura

Editeur : Big Kana

Série en 15 tomes, actuellement 5 tomes disponibles en France

Pour jeunes femmes en manque d'amour

 

Hotaru est une office lady qui n'aime rien de plus que de traîner à la maison pour lire des mangas et boire des bières. Mais son quotidien tranquille est bouleversé lorsqu'elle doit cohabiter avec son supérieur, le chef Takano. Celui-ci est un maniaque du rangement qui la surnomme le poisson séché en raison du désert de sa vie amoureuse.

 

Ce manga a été présenté en début d'année sur le blog de Petite Noisette et je pensais à l'époque surtout voir le drama (toujours pas vu). Mais l'occasion s'étant présentée à moi, je viens de lire les deux premiers tomes avec beaucoup de plaisir.

 

En ce moment j'ai plus envie d'histoires pour jeunes femmes que pour ados et un manga où les héros ont 24, 27 et 41 ans me convenait tout à fait. Ils sont tous installés dans leur vie, ils ont tous des projets, un passé, une famille ou des amis plus ou moins présents et surtout des collègues de boulot. Les problèmes du quotidien sont bien sûr liés à l'amour, mais aussi à ce qu'ils souhaitent être, à l'image qu'ils sont obligés de donner d'eux, au ménage de la maison que personne d'autres ne va faire.

Il y a un chapitre dans lequel Hotaru se met au régime que j'ai adoré. Elle a une conception très personnelle du régime et si j'étais du genre à en faire un, je pense que je m'y prendrai comme elle...

 

C'est un manga avec de l'humour tout en légèreté, des personnages qui ne sont pas prises de tête sans pour autant paraître superficiels. Bref, une série très agréable que je vais m'empresser de regarder en drama (photo ci-dessous) !

 

http://img.over-blog.com/498x218/1/75/36/39/Dramas/hotaru.jpg

Repost 0
Published by Tiphanya - dans Manga - BD
commenter cet article
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 07:00

Titre : Comment vivent les renards ?

Auteur : Marie Caudryhttp://4.bp.blogspot.com/-1zcTXM8D-7Y/TjLhxR0TyWI/AAAAAAAADrI/bVvOa346vzs/s1600/couvCommentViventRenards.jpg

Editeur : Tourbillon

Pour les petits curieux

 

Mais comment vivent les renards des villes ? Et ceux des bois ? Mangent-ils la même chose que les renards des neiges ou que les renards des mers ?

 

Chaque double page de ce livre cartonné présente un type de renard dans son habitat. Aux lecteurs de chercher à quoi ils jouent, ce qu'ils mangent et comment ils dorment. Pour commencer on peut aussi se contenter de chercher les chouettes !

Ce livre est plein de poésie et c'est un véritable plaisir de chercher sur chaque page et d'y découvrir ainsi un nouveau détail. Le texte est vraiment minimaliste et ne sert que d'introduction à chaque nouveau type de renard.

 

Un livre qui convient dès 18 mois car il est cartonné et qui devrait les occuper quelques années par sa richesse.

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSujwy3HILNsU_YROGXkKh5av_qtZYd_0iMG1Iv8TSsNk3CtKY

Repost 0
Published by Tiphanya - dans Bébés - Album
commenter cet article
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 07:00

Titre : Sarcelles Dakarhttp://www.decitre.fr/gi/39/9782848651439FS.gif

Auteur : Insa Sané

Editeur : Sarbacane

Pour ados en quête

 

Djiraël est Sénégalais et vit à Sarcelles. Véritable tombeur, accro des combines foireuses, il n'a aucune envie d'aller au Sénégal avec toute la famille. Surtout que tout le monde voit ça comme l'occasion pour lui de se réconcilier avec son père.

Mais le Sénégal lui réserve plus d'une surprise.

 

Spontanément je n'aurai jamais lu un tel roman. Mais il fait parti de la sélection que je vais proposer à mes jeunes ados du club lecture à la rentrée et j'essaye de tout lire avant de leur en parler. Du coup pas le choix, il fallait bien si plonger.

 

Premier constat : si mon résumé ressemble à celui de la quatrième de la couverture et semble ne rien dire, c'est que plus d'une surprise attend le lecteur, surprises appréciables, nous entraînant vers la quête identitaire mais aussi les rites d'initiation, sans jamais tomber dans le mystique, sans jamais éclaircir tout le mystère.

 

Deuxième constat : l'auteur a une écriture de folie. Je dois dire que si je ne cotoyais pas ma soeur, je n'aurai jamais réussi à comprendre la moitié des dialogues. On est dans un français hyper actuel qui parlera plus aux ados qu'à leurs parents. La narration étant à la première personne, il en est tout le temps un peu ainsi. Mais pourtant dès que l'on sort des dialogues, une véritable poésie se dégage et l'auteur a définitivement une magnifique voix.

Et c'est cette voix qui m'a portée jusqu'à la fin du roman alors que le héros est à des milliers de vie de moi et qu'il faut probablement être jeune pour pouvoir le comprendre. Être jeune et vivre dans une grande ville ou en banlieue. Ou alors être jeune et être coincé entre deux cultures.

 

Je n'en dirais pas plus sur l'histoire qui rapidement a eu moins d'intérêt pour moi que la façon dont elle est racontée. Question de génération probablement et les quelques avis laissés sur le site de Ricochet me laissent à penser que les ados s'y retrouveront bien plus que moi. C'est pourtant une histoire qui relit deux mondes, qui donne une vision très actuelle de l'Afrique (même si je ne connais du Sénégal que mes cours d'histoire, certaines choses sont proches du Togo que j'ai visité) et qui désacralise certaines idées que l'on peut s'en faire. J'ai ainsi adoré la scène de la pause toilette lors du voyage en bus !

 

Pour ceux qui accrochent totalement avec cette lecture, sachez que l'auteur a écrit d'autres romans se situant tous dans le même quartier et permettant de retrouver certains personnages.

Repost 0
Published by Tiphanya - dans Ado
commenter cet article
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 07:00

Titre : Une cuisine grande comme le monde

Auteur : Alain Serreshttp://ecx.images-amazon.com/images/I/5193HCE8P0L._SL500_AA300_.jpg

Illustrateur : Zaü

Editeur : Rue du Monde

Pour les apprentis cuistos et les amateurs de nouvelles saveurs

 

60 recettes en provenance d'une vingtaine de pays différents, localisés sur tous les continents.

 

J'ai emprunté ce livre à la bibliothèque. Et la personne au guichet était d'accord avec moi : "c'est un livre magnifique qu'on regarde plus qu'on ne cuisine".

Nous avions toutes les deux totalement torts car les recettes sont vraiment simples et à faire avec des enfants. Pas besoin de savoir compter pour préparer les sauces américaines pour les batons de légumes crus. Pas besoin de couteau pour cuisiner les pirojkis aux épinards (sorte de beignets russes). Pas besoin de cuisson pour servir les kiwis à la coque, recette australienne.

 

C'est donc un livre parfait pour cuisiner en famille à partir d'ingrédients faciles à trouver pour tenter de nouvelles saveurs ou simplement de nouvelles présentations. Et histoire de ne pas aller se coucher idiot, chaque double page, qui concerne un seul pays, a des petites notes sur un ou plusieurs ingrédients typiques et un proverbe.

Saviez-vous qu'en Chine on ne sert jamais de poire lors d'un mariage car ce fruit se prononce de la même façon que le mot divorce ? Et saviez-vous que les produits à la vanilline ne contiennent pas de produit naturel mais uniquement une préparation chimique imitant la vanille ?

 

Mais si on a eu du mal à prendre ce livre pour un vrai livre de recettes, c'est à cause de la qualité des illustrations de Zaü, qui encore une fois captive le lecteur avec des couleurs chatoyantes et des scènes vivantes. Sans jamais entrer dans les clichés des pays représentés, il ne laisse pourtant aucun doute sur le pays dont il s'agit.

 

Un livre à feuilleter tout au long de l'année. Nous avons testé les pirojkis aux épinards (en remplaçant la pâte brisée par des feuilles de briques) et la sauce rouge pour les dips de légumes. Dans les deux cas c'était délicieux. Je veux encore essayer au moins les crêpes salées de potiron du Brésil (une bonne raison d'espérer l'arrivée de l'automne) ou les bananes au caramel du Vietnam.

 

En savoir plus : Je vous invite à regarder la présentation de l'album sur le site de l'ina car vous pourrez en plus découvrir un peu du Vietnam.

Repost 0
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 07:00

Un billet pour deux titres classiques (et oui c'est bientôt la rentrée) édités chez Tourbillon : Peter Pan (dont je pensais vous avoir déjà parlé, mais non) et Notre-Dame de Paris. Les deux sont illustrés par Benjamin Carré.

 

http://www.editions-tourbillon.fr/IMG/cache-300x334/couv-PETER-pan-300x334.gif

 

Tout le monde connaît l'histoire de Peter Pan, inutile de revenir dessus. Mais que l'on soit bien d'accord : le récit est mille fois mieux que tous les films et autres dessins animés, car ce sont dans les détails que se cachent la magie de ce livre, détails souvent mal restranscrits lors d'adaptation.

 

http://www.decitre.fr/gi/22/9782848016122FS.gif

 

Quand à Notre-Dame de Paris, là encore tout le monde connaît l'histoire mais beaucoup moins bien que celle de Peter Pan. D'ailleurs j'avais lu le roman quand j'étais au lycée et mes souvenirs en étaient complètement court-circuités par la version Disney et la comédie musicale. Tourbillon propose une version abrégée se concentrant sur les scènes d'action. l'ensemble est construit, mais j'ai ressenti une certaine frustration car on sent que les pages se tournent vite et que certains évènements s'enchaînent de façon peu naturelle. Mais l'histoire est là et en la relisant je me suis souvenue que je n'aimais pas ce livre. Phoebus est µ£¨%£, tout le monde est d'un égoïste incroyable et la fin est snif... (désolé pour cette phrase peut française).

 

Mais l'intérêt de ces deux versions, ce sont les illustrations de Benjamin Carré. Autant je le félicite pour Peter Pan, autant je suis plus mitigée pour Notre-Dame de Paris. Manque de bol, entre les deux, l'éditeur a changé le type de papier et le livre en tant qu'objet perd de son charme. Dommage. J'ai également eu l'impression qu'il y avait moins d'illustrations dans Notre-Dame de Paris et elles sont moins liées au texte. Chaque grande illustration couleur nous présente l'un des personnages vaguement en action. Dernière critique, Quasimodo ressemble beaucoup à la version Disney.

 

http://www.decitre.fr/vues/22/9782848016122_5.jpg

 

Alors que pour Peter Pan, Benjamin Carré nous propose sa propre vision de l'univers de James M. Barrie. Peter Pan a une bonne bouille bien ronde, Clochette est tellement lumineuse qu'elle apparaît blanche, le Pays Imaginaire ressemble à un décor de théâtre et le capitaine Crochet a vraiment, vraiment une sale tête (on imagine l'odeur des pirates juste en les regardant).

 

http://www.blancfonce.com/images/content/Books/Peter02.jpg

 

Ces deux histoires sont tellement connus que je comprends la difficulté des illustrateurs qui se penchent sur la question. Mais quitte à ajouter un titre sur le marché, autant proposer une nouvelle vision du texte. Pari réussi pour Peter Pan, moins pour Notre-Dame de Paris, qui a tout de même l'intérêt de proposer une version accessible pour les lecteurs curieux dès 9 ans.

Repost 0
Published by Tiphanya - dans Pré-ados
commenter cet article

Faire disparaître la pub !

Si vous souhaitez ne pas être envahi de pub en arrivant ici, installez AdBlock !

Cliquez sur le lien pour l'installer sur votre navigateur. C'est simplissime et ça agira même sur les pubs sur facebook.

Toutes mes excuses pour toutes ces publicités intempestives.

Qui sommes-nous ?

Bonjour, je suis Tiphanya, j'ai créé ce blog et pendant trèèèès longtemps, j'étais la seule à y partager mes chroniques littéraires.

Depuis peu, j'ai décidé d'associer ma fille Nine (né en novembre 2011) car elle voit beaucoup de choses qui m'échappent complètement. J'ai choisi de vous transmettre ses mots, ses remarques, ne touchant qu'à la grammaire pour rester le plus proche de ses idées.

Vous trouverez sur la plupart des articles des liens affiliés, c'est à dire un lien vous proposant d'acheter le livre présenté. Dans ce cas le prix que vous découvrez est le même que partout ailleurs, mais en cas d'achat je touche une commission. Une façon comme une autre de faire vivre ce blog (en me permettant d'acheter plus de livres par exemple).