Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 07:00

http://adalana.files.wordpress.com/2012/02/william-goldman-princess-bride.jpgPrincess Bride est un film qui me semble relativement célèbre (en tout cas dans mon entourage tout le monde connaît) mais je n'arrive pas à savoir si je ne l'ai jamais vu entier ou si j'ai occulté de nombreux passages du film.

Pour compenser et à l'occasion du challenge Geek, je me suis procurée le livre pour enfin donner un sens à la célèbre citation « Bonjour. Mon nom est Inigo Montoya. Tu as tué mon père, prépare toi à mourir. »

 

Princess Bride est un conte de grand amour et de grande aventure. Il y a la plus belle femme du monde, un géant, un espagnol escrimeur, un garçon de ferme pirate, un chasseur gros et méchant et tout un tas d'autres personnages pas particulièrement intéressant.

Bien entendu Princess Bride ne serait rien sans cet auteur américain qui a décidé de réaliser la version abrégée de cette histoire que son père lui racontait. Donc pour arriver au conte de grand amour et de grande aventure, il faut d'abord écouter la genèse par l'auteur américain. Car Princess Bride est le récit dans le récit.

 

J'espère ne pas vous avoir perdu ici car je vous avoue que les intrusions de l'auteur américain qui explique le choix de ses coupes et son propre ressenti face à telle ou telle phrase, fait sourire au début et lasse totalement à la fin. Le dernier chapitre « le bébé de Bouton d'Or » m'a donné beaucoup beaucoup de mal l'auteur étant bien plus présent que le conte. Car j'ai pris plaisir à lire le conte mais je n'ai pas accroché à l'enrobage américain.

 

Comme ce livre est annoncé comme « culte » sur la quatrième de couverture, n'hésitez pas à me donner votre propre avis sur le roman ou sur le film. J'ai entendu dire que le film était mieux.

 

Princesse Bride - Willima Goldman - Milady

 

Cette lecture rentre dans le cadre du challenge geek

http://geekette.fr/wp-content/uploads/2013/04/challenge_geek-300x291.jpg

Partager cet article
Repost0
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 07:00

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782070538065.jpgJ'adore Morpurgo, auteur que je suis obligée de lire avec parcimonie car je ne peux m'empêcher de verser au moins une larme par roman.

 

J'ai acheté Le secret de grand-père, sans savoir qu'il s'agissait d'une sorte de suite à Cheval de guerre. Bon, suite au sens très large, car on retrouve les mêmes personnages, des années plus tards. Il n'est donc pas nécessaire d'avoir lu Cheval de guerrepour comprendre et apprécier Le secret de grand-père.

 

Morpurgo s'adresse aux plus jeunes (à partir de 8 ans dit l'éditeur) en articulant son récit autour de deux thèmes : l'illettrisme et l'introduction de la modernité dans les campagnes. Un petit-fils et son grand-père sont unis par leur amour de la ferme familiale. Mais le petit-fils grandit, rêve d'Australie et il est temps au grand-père de finir un projet entrepris des années plus tôt avec sa femme aujourd'hui veuve. Il va profiter pour cela des dernières semaines de son petit-fils en Angleterre.

 

Une histoire dans une histoire, un personnage principal qui en cache un autre et encore un autre. Un cheval, un tracteur et deux paris.

 

Beaucoup de sensibilité et comme toujours, un auteur qui a confiance en son lecteur. Il n'explique pas tout, laissant à chacun mettre à contribution son imagination mais aussi sa capacité de compréhension, entre les lignes et les illustrations.

 

Le secret de grand-père– Michael Morpurgo – Folio cadet

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 07:00

http://criss-colfer.fr/wp-content/uploads/2013/04/DVP_STRUCK-1400px.jpgSéquence nostalgie, j'ai été rédactrice en chef du journal de ma fac pendant deux ans. Un rôle ingrat, idéal pour se faire des amis et des ennemis au sein de la même équipe. Un excellent apprentissage de la diplomatie et des envies de dévisser des têtes. C'est aussi à cette époque que j'ai commencé à détester la phrase « je n'avais pas le temps ». Avec un tel passif, le roman Struck était très tentant.

 

Imaginez un ado, avec une famille pourrie, dans une ville paumée. Son seul espoir, fuir tout ça grâce à l'université. Son rêve est de devenir journaliste (enfin un peu plus, mais je vous laisse le charme de le découvrir par vous-même). Il s'accroche donc à son poste d'atelier d'écriture comptant un seul autre participant et à celui de rédac chef, même si cela signifie écrire lui-même tous les articles. Mais ce ne sera peut-être pas suffisant pour l'université qu'il vise, alors, tout en continuant à haïr ses camarades, il va devoir les motiver pour monter un magazine littéraire.

 

Beaucoup de cynisme et d'humour. Et personnellement un roman qui me laisse un goût amer en bouche. Notre héros a un rêve depuis des années. Il continue à y croire probablement car il n'a que ça d'important dans sa vie. Mais au fur et à mesure du roman, il prend en conscience que plus personne n'a de rêve suffisamment fort pour s'accrocher.

Selon le lecteur, c'est un élan à poursuivre ses rêves. Pour d'autres, un vision déprimante de ce qu'il faut faire pour s'accrocher. Peut-être qu'à vouloir moi-même décrocher certains de mes rêves (vivre nomade avec ma famille, financer grâce au journalisme) et terriblement consciente des difficultés qui s'amoncellent, ce roman ne tombait pas vraiment au bon moment.

 

J'aimerai discuter beaucoup plus avec mais je ne veux spoiler personne. Si vous souhaitez mettre des spoilers en commentaire, j'avoue que j'en serai ravie car je pourrai vous répondre. Mais précisez bien en capital SPOILER. Merci.

 

Struck, Comment foudroyer sa réputation en un éclair – Chris Colfer – Michel Lafon

Partager cet article
Repost0
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 07:00

 

http://www.images-booknode.com/book_cover/94/les-neuf-vies-du-magicien-94460-250-400.jpgIl y a une lecture que j'ai faite il y a quelques années, non en raison d'un billet sympa sur un blog, mais parce qu'une blogueuse a choisi le nom d'un des personnages mais également de la série comme pseudonyme. C'est plutôt bon signe, non ?

 

J'ai commencé par le tome probablement le plus célèbre de la série, Ma sœur est une sorcière. Et j'avais passé une agréable lecture se concluant sur l'envie de poursuivre ma découverte de l'univers. Malheureusement entre le moment où j'achète un livre et celui où je le lis, il peut s'écouler plusieurs années et je viens seulement de lire Les neufs vies du magicien.

 

Christopher appartient à une famille d'enchanteur mais semble dépourvu de la capacité de faire de la magie. Cependant la nuit, en rêve il peut se rendre dans des mondes parallèles. Au fil de ses balades, il se fait une amie et se forge d'agréables souvenirs. Ses escapades vont prendre un autre tournant lorsque son oncle va les découvrir.

 

Le tome début par une longue mise en situation. Il se passe peu de choses et il est difficile de comprendre où l'auteur veut nous mener : une histoire de famille (le lien avec le père est bizarre), de magie, de voyage ? Puis petit à petit, le récit prend de l'ampleur, du rythme, se colore d'ambiances spécifiques, de personnages plus ou moins attachants.

J'ai toutefois été moins prise dans le récit qu'avec Ma sœur et une sorcièreet je me demande si mon récit préféré de cette auteur ne reste pas Le château de Hurle(mais mes sentiments sont probablement influencés par mes souvenirs du film que j'aime beaucoup).

 

Quoiqu'il en soit, c'est une série que je recommande (et depuis quelques déjà même su je n'avais lu qu'un seul tome) aux parents qui ne veulent pas donner tous les tomes d'Harry Potterà leurs enfants de moins de douze ans et cherche un substitut.

Petit détail : jusqu'à présent les deux tomes que j'ai lu peuvent se lire indépendamment l'un de l'autre, sans attente d'une suite.

 

Les mondes de Chrestomanci, Les neufs vies du Magicien– Diana Wynne Jones – Folio Junior.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 07:00

 

http://www.inoctavo-editions.com/photos/175_roman/maxi/c1fd31712d4fa16.jpgJe viens de lire un récit pour enfant qui m'a beaucoup remise en question. Ce récit, Jimmie et les esprits Kachinas, fait partie d'une série publiée par les édition in octavo, avec l'intention affichée de faire découvrir le monde aux lecteurs. Or j'ai justement écrit un manuscrit avec le même point de départ (en fait techniquement deux manuscrits, soit deux pays différents). J'ai tenté à plusieurs reprises de me faire publier, mais en vain, et j'en suis toujours un peu déçu (du coup régulièrement je le propose à d'autres maisons d'édition découverte grâce à ce blog). D'ailleurs si quelqu'un est tenté pour me publier, il y a un formulaire de contact sur la droite ;-)

 

Ma chronique d'aujourd'hui est donc légèrement biaisée, même si, ayant conscience de ce biais je vais tenter de le laisser de côté.

Victor a deux parents médecins grâce à qui il va pouvoir découvrir de l'intérieur la vie quotidienne des indiens Hopi, voisins et ennemis des Navajo. Sur place, un seul enfant parle français, Jimmie.

 

J'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire car j'ai trop eu la sensation de lire le dernier tome d'une série et de manquer d'informations. Les parents de Victor sont appelés par leur prénom et je n'ai pas saisi tout de suite qui était Léa, pourquoi ils voyageaient tant, etc. Dommage car en dehors du premier chapitre, le récit est indépendant des autres.

 

Le récit se lit facilement, distille un savoir ethnologique à chaque page et se termine par un petit dossier avec du vocabulaire, une recette de cuisine et une bibliographie. L'ensemble est cousu de fil blanc, mais je pense qu'un enfant passionné des indiens passera outre pour la possibilité de découvrir une culture autre que les plus connus.

Mais l'auteur ne peut s'empêcher de faire du bon sentiment. Je vous laisse constater

 

p 19 « Comme chaque fois qu'il voyage, il constate que cela a du bon de découvrir de nouvelles cultures. On devient plus curieux et tolérant ! »

 

En fait je pense que sans le dénouement de la petite aventure de Victor, cela m'aurait à peine déranger. Mais après une volonté de montrer qu'il ne faut pas juger trop vite les étrangers, l'auteur choisit pour grand méchant les Navajos, ennemis ancestraux des indiens Hopi. Elle ne choisit pas un groupe d'ado qui voulait faire la fête, un chef d'entreprise sans scrupule. Non juste des Navajos, qui font ça parce qu'ils veulent gagner de l'argent sur le dos des Hopis et que de toute façon ils sont ennemis depuis toujours. Ça ne fait pas un peu cliché ? On tombe totalement dans les préjugés et l'entretien de la discrimination. Finalement il semble plus facile d'être ami entre Français et Hopi, que Français ou Hopi et Navajo... La tolérance est vite limitée.

 

Alors faut-il le lire ou pas ? Je pense qu'il est à réserver aux enfants qui aiment découvrir de nouvelles cultures, qui ont déjà épuisé un paquet de titres et qui veulent sortir des cultures souvent décrites. Ou alors pour un passionné d'indiens. Mais si vous cherchez à déclencher une passion pour l'ouverture sur le monde, essayez un autre titre.

 

En savoir plus sur l'auteur ici.

 

Jimmie et les esprits Kachinas– Florence Marguerie – in octavo éditions.

Partager cet article
Repost0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 07:00

Petite nouveauté, qui durera peut-être un mois peut-être plus, un billet pour vous parler d'actu, pas de la grosse méga actu, mais en tout cas les infos qui arrivent jusqu'à moi. J'en profite pour présenter des livres auxquels je n'ai pas l'intention de consacrer un billet entier, ou que j'ai déjà lu et qui sont réédités sous un nouveau format.

 

SL379091

Albin Michel lance un nouveau concept : l'intégrale qui n'en est pas une !

Irrésistible, l'intégrale, de Meg Cabot regroupe les trois romans mettant en scène Heather Wells, ex-star de la pop travaillant dans un dortoir universitaire. Mais la véritable exclue est que cette intégrale sort en prévision de la sortie du tome 4 prévu pour juin 2013...

A noter quand même, j'ai lu le tome 1 et j'aime toujours autant ce que fais Meg Cabot.

 

Je me demande si laisser des commentaires un peu partout pour dire que j'aimerai bien lire Dis-moi que tu m'aimes, n'aurait pas quelque peu influencé l'éditeur à me faire parvenir le tome 2. Sauf que je n'ai toujours pas lu le tome 1, oups. Allez, je ne vais pas les bouder et vous informe donc que Prends-moi dans tes bras est chez votre librairie (le petit, l'indépendant, le vrai) depuis quelques jours. Un roman bourré d'amour, la dernière phrase étant « je t'aime ».

 

Yôsei, le cadeau est des fées est le dernier né des éditions nobi nobi ! par un duo qui récidive. En effet Shiitake et Alice Brière-Haquet avaient travaillé ensemble sur l'album Kaguya princesse au clair de lune. On découvre entre les pages des fées et muses dans une inspiration graphique issue du manga et des poèmes que, heu, j'ai pas vraiment aimé.

Par contre la sortie est accompagnée d'un concours original : un concours de création de bijoux. Tous les détails sont pour l'artiste qui sommeille en vous.

 

J'en profite pour relayer un autre concours, mettant également en avant votre créativité : en échange d'un commentaire vous pourrez peut-être gagner un livre de loisirs créatifs chez Liyah.

 

SL379092

 

Et comme il en faut pour tous les âges, deux nouveautés, collection Mouche de l'école des loisirs : Le tamanoir hanté d'Alice de Poncheville et Chien Pourri de Colas Gutman (illustré par Marc Boutavant). Je trouve très intéressant de voir à quel point le jeu sur la langue française peut être une réussite auprès des jeunes lecteurs. Ainsi dans la forêt de Forêveuse, on croise Hermine-de-rien, Pivert-de-rage et Rat-bas-joie...

 

http://static1.cinemovies.fr/affiches/4/53/50/54/@/350848-affiche-francaise-struck-620x0-1.jpg

En ce moment je suis en train de lire Struck, écris par l'un des acteurs de la série Glee, Chris Colfer. Le livre sort le 16 mai et le film le 19 juin, avec bien entendu l'auteur dans le rôle principal. D'ailleurs à la lecture de la dédicace on devine une part autobiographique dans ce premier roman. En tout cas jusqu'ici c'est une lecture sympathique car le narrateur a une vraie personnalité qui sort du commun, qui surjoue et... je n'ai lu que le premier tiers donc on verra bien.

 

Si vous voulez profiter de ce billet pour me dire bonjour, faire de la pub pour l'un de vos concours ou signaler que votre roman préféré est réédité-adapté au ciné-disponible en chinois, laissez un commentaire !

Partager cet article
Repost0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 07:00

http://www.bayard-editions.com/var/bayard/storage/images/editions-bayard/jeunesse/litterature/des-12-ans/hors-collection/treize-jours-avant-minuit/27756934-1-fre-FR/TREIZE-JOURS-AVANT-MINUIT_ouvrage_large.jpgJe l'ai déjà dit (enfin je crois l'avoir dit, car en tout cas je le pense plusieurs fois par jour), c'est un vrai plaisir d'être totalement libre du choix de ses lectures. Depuis que j'ai repris mes études en licence de langues étrangères, j'ai toujours lié les recherches à faire à la littérature. J'ai passé des mois à lire tout ce que je trouvais où risquait de figurer un massaï, puis des mois à la recherche de héros polyglotte. Bref, en dehors d'une relecture de mon mémoire, c'est derrière moi et je lis donc beaucoup, tout et n'importe quoi. Enfin surtout des romans rapides à lire, comme si j'avais besoin de me goinfrer du plus grands nombres de livre possible.

 

Mon namoureux a lu avant moi Treize jours avant minuit, me l'a conseillé et hop, trois jours plus tard, l'affaire était bouclé. L'ennui c'est que maintenant j'ai du mal à vous parler de ce héros indestructible, car nos deux lectures ont été très différentes. D'ailleurs c'est simple, je me retrouve à tourner autour du pot.

Le héros est ordinaire, un lycéen quelconque, ballotté d'une famille d'accueil à l'autre, mais relativement normal. Un peu plat et inintéressant selon moi. Réaliste et attirant selon mon namoureux. J'ai eu du mal à entrer dans l'histoire, là où lui a apprécié la vie tranquille d'une petite ville. En plus j'avais l'impression d'avoir deviné la plupart des péripéties.

Mais j'ai continué et tant mieux. Car si le début est très attendu, par la suite, un petit twist de fin m'a empêché de fermer le livre avant la dernière ligne.

La petite ville sans intérêt se transforme. On découvre un café de fumeurs de pipe, une librairie contenant des artefacts obscurs et une maison hantée trop fréquentée.

 

Le problème est que j'ai envie de vous recommander ce livre uniquement parce que mon namoureux l'a apprécié. Si ça ne tenait qu'à moi, je ne suis pas sûre que je l'aurai lu jusqu'au bout. Et donc en soi, malgré une fin très bien menée, vaut-il le coup d'être lu ? Je n'en sais rien.

 

D'autres avis que la question sont donc les bienvenus pour faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre.

 

Treize jours avant minuit– Patrick Carman – Bayard jeunesse

Partager cet article
Repost0

Faire disparaître la pub !

Si vous souhaitez ne pas être envahi de pub en arrivant ici, installez AdBlock !

Cliquez sur le lien pour l'installer sur votre navigateur. C'est simplissime et ça agira même sur les pubs sur facebook.

Toutes mes excuses pour toutes ces publicités intempestives.

Qui sommes-nous ?

Bonjour, je suis Tiphanya, j'ai créé ce blog et pendant trèèèès longtemps, j'étais la seule à y partager mes chroniques littéraires.

Depuis peu, j'ai décidé d'associer ma fille Nine (né en novembre 2011) car elle voit beaucoup de choses qui m'échappent complètement. J'ai choisi de vous transmettre ses mots, ses remarques, ne touchant qu'à la grammaire pour rester le plus proche de ses idées.

Vous trouverez sur la plupart des articles des liens affiliés, c'est à dire un lien vous proposant d'acheter le livre présenté. Dans ce cas le prix que vous découvrez est le même que partout ailleurs, mais en cas d'achat je touche une commission. Une façon comme une autre de faire vivre ce blog (en me permettant d'acheter plus de livres par exemple).