Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 07:00

Ce blog a décidé de s'associer à un projet ambitieux : chroniquer l'ensemble des livres de la rentrée littéraire ! Vous retrouverez donc aussi cette chronique sur le site Chroniques de la rentrée littéraire qui regroupe l'ensemble des billets réalisées dans le cadre de l'opération.Pour en savoir plus.

 

Titre : Le comptable indien

Auteur : David Leavitt

Editeur : Denoël & D’Ailleurs

 

En janvier 1913 le mathématicien Hardy reçoit une lettre d’Inde, qui lui met suffisamment l’eau à la bouche pour lui faire penser que son expéditeur a l’étoffe d’un grand mathématicien. L’auteur, Ramanujan, se révèle effectivement un génie. Hardy et l’un de ses collègues, Littlewood, vont tout faire pour lui permettre de venir à Cambridge, puis travailler avec lui pendant son séjour qui coïncide avec la première guerre mondiale.

Au cours du roman, les histoires personnelles de Littlewood, Hardy, Ramanujan ainsi que celle de Mme Neville (hôte de l’indien) s’entrecroisent et témoignent de leur époque.

 

Si au départ le roman donne la promesse d’un thriller mathématique (idée soutenue par la 4e de couverture), il se révèle être tout autre. Sa construction décousue, avec l’alternance de focalisation (d’interne à  omnisciente) et les changements épisodiques de narrateurs (Hardy restant le narrateur principal), casse la linéarité des évènements racontés et multiplie les points de vue sur un même évènement. Le style reste agréable pour un roman biographique et évite l’écueil de la lourdeur qui va souvent de paire avec les biographies.

 

Au premier abord le thème principal semble être le mathématicien Ramanujan, mais au fur et à mesure que l’action progresse, l’accent est mis sur l’importance des sentiments et la vacuité de l’existence des personnages même si quelques formules font irruption à intervalle régulier.

Ramanujan, comme tous les autres, est balayé par une tourmente tranquille, que les remous de la guerre provoquent à distance dans l’Angleterre épargnée par les combats. L’amour et la solitude sont ainsi des thèmes centraux

Ramanujan est complètement fou d’amour pour une femme qu’il a épousé alors qu’elle avait 14 ans et qu’une mère castratrice lui cache. Il est juste perdu dans un pays qui n’est pas le sien, sans ami, sans nouvelle de ceux qu’il aime.

Dans un autre genre, Hardy, homosexuel, a perdu son amour de façon dramatique. Il s’en veut et des visions semi-oniriques l’habitent. Il est malgré tout attiré par Ramanujan, son esprit et le mystère qu’il incarne. Mme Neville est également folle de Ramanujan ou plus exactement de la représentation de l’Inde qu’il incarne. De son côté Littlewood est amoureux d’une femme mariée, situation vouée à l’échec.

Le second grand thème est l’institution, la construction du monde. La société des hommes semblent conspirer contre la personne individuelle, pour la maintenir dans sa solitude, coupée du monde. Ces institutions sont à tour de rôle le système universitaire, l’hôpital, mais aussi l’état en guerre, bien sûr.

Un autre thème présenté est la religion. Tandis qu’Hardy est totalement sceptique, Ramanujan est hindou de haute caste. Chacun est donc persuadé que l’autre est semblable à lui-même. Plusieurs petites scènes viennent compléter le sujet.

 

Dans le livre, on a le portrait d’une époque doucement mélancolique où les personnages qui la vivent se débattent pour atteindre une part de bonheur qui leur échappe en permanence.

 

Ce roman se veut élitiste, même si la couverture et la 4e de couverture le présentent comme étant grand public. L’auteur s’est beaucoup documenté et les sources sont très nombreuses. On trouve beaucoup de précision sur les mœurs de l’époque.

L’aspect romanesque rend une sensation de mélancolie lente, de tristesse insondable. Mais le style, la forme, nous fait voir une espèce de fascination pour une époque que l’auteur américain doit juger brillante. Pourtant ce n’est pas le sujet de son livre. Il y a une opposition entre cet engouement de l’auteur et la morosité de l’histoire qu’il a voulu écrire.

 

Malgré un début où je suis resté très dubitatif, au final j’ai bien aimé. Ce n’est ni une biographie ni une enquête mathématique, c’est inclassable. Il n’y a pas vraiment d’histoire, si ce n’est les évènements historiques. L’importance repose finalement dans les détails de la vie. Pour apprécier ce livre, je pense qu’il faut être curieux de la vie des hommes, aimer les histoires où l’on ne parle de rien d’autre que de la vie.

Il faut donc être soit terriblement pédant, soit totalement snob, tel que l’auteur semble être. Ainsi on se prend au jeu de ces petits morceaux de vie, sur quelques années, dans une époque particulière.

C’est très agréable à lire, une fois qu’on a fait l’effort de chercher ce qu’on peut y aimer.

 

Il fait parti des 10 romans à lire de la rentrée littéraire du site lamontagne.

Je ne comprends pas pourquoi il est dans ce top 10. Ou alors il faudrait en expurger un certain nombre, qui eux n’y méritent pas leur place parce qu’ils sont complètement nuls (je vous fais confiance pour repérer lesquels) ou trop attendus.

En mot de la fin, je dirais que ce roman tout le monde peut l’aimer si on a envie de l’aimer, indépendamment de tous les intérêts que l’histoire peut donner, le fond du roman ne se cache n’y en Inde, ni en Angleterre ni dans aucun des sujets concrets qu’il aborde.

Partager cet article

Repost 0
Published by Namoureux - dans Adultes
commenter cet article

commentaires

dasola 02/02/2012 19:04


Bonsoir, j'ai lu ce roman l'été dernier avec intérêt mais je m'attendais à autre chose. C'est un peu long et lent. J'aurais aimé un plus de maths (et pourtant, je suis nulle). Il s'agit d'une
chronique sur la vie de quelques universitaires anglais, un peu guindé. Le sexe n'est pas absent, bien au contraire. Je ne peux pas dire que j'ai été passionnée. Je n'ai pas écrit de billet sur
ce roman. Bonne soirée.

Tiphanya 09/02/2012 20:20



Ce livre a été lu et chroniqué par mon namoureux et n'a pas suffisamment plu pour marquer durablement son esprit.



keisha 29/08/2009 19:04

Tiens on est synchros pour la parution du billet!

Tiphanya 30/08/2009 22:02


J'ai effectivement attendu que le livre soit disponible en librairie pour la publier.


Neph 29/08/2009 11:12

Je remercie Namoureux d'avoir donné son avis ; néanmoins je ne suis pas vraiment tentée... Je me méfie, après le désastre du livre que j'ai reçu...

Tiphanya 30/08/2009 22:00


Je ne suis pas tenté non plus. Je m'attendais à quelque chose de plus romancé et avec beaucoup moins de pages ! Tu as reçu quoi toi ?


Faire disparaître la pub !

Si vous souhaitez ne pas être envahi de pub en arrivant ici, installez AdBlock !

Cliquez sur le lien pour l'installer sur votre navigateur. C'est simplissime et ça agira même sur les pubs sur facebook.

Toutes mes excuses pour toutes ces publicités intempestives.

Qui sommes-nous ?

Bonjour, je suis Tiphanya, j'ai créé ce blog et pendant trèèèès longtemps, j'étais la seule à y partager mes chroniques littéraires.

Depuis peu, j'ai décidé d'associer ma fille Nine (né en novembre 2011) car elle voit beaucoup de choses qui m'échappent complètement. J'ai choisi de vous transmettre ses mots, ses remarques, ne touchant qu'à la grammaire pour rester le plus proche de ses idées.

Vous trouverez sur la plupart des articles des liens affiliés, c'est à dire un lien vous proposant d'acheter le livre présenté. Dans ce cas le prix que vous découvrez est le même que partout ailleurs, mais en cas d'achat je touche une commission. Une façon comme une autre de faire vivre ce blog (en me permettant d'acheter plus de livres par exemple).